Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Duotaku no Sora

Beyond the Boundary

Je pensais que je n'avais pas d'autre choix que d'être toute seule, mais j'ai trouvé une raison de rester. C'est parce qu'en fait tout le monde est tout seul.

Kyôkai no Kanata © Kyoto Animation Co., Ltd. 2013 Tous droits réservés.

Kyôkai no Kanata © Kyoto Animation Co., Ltd. 2013 Tous droits réservés.

Nom original : 
Kyôkai no Kanata
Genres :
Fantasy/ Action/ Drame/ Romance

Œuvre originale :
"Kyôkai no Kanata" (Light novel) de TORII Nagomu
Studio d'animation :
Kyôto Animation
Date de diffusion : 
Automne 2013
Épisodes :
12 + 2 films
Diffuseurs en France :
Kazé / ADN

Nous sommes dans un univers où vivent les Yômu, des mauvais esprits qui s'en prennent aux humains. Afin de lutter contre leur menace, les Ikaishi, des chasseurs d'esprits, les pourchassent dans le plus grand secret.
Kanbara Akihito est un garçon mi-humain/ mi-yômu, ce qui lui confère un pouvoir d'immortalité.

Un jour, il sauve une élève qui tente de se suicider. La jeune fille se nomme Kuriyama Mirai et est en réalité une apprentie Ikaishi qui possède le pouvoir peu commun de se battre avec son sang, un pouvoir dit maudit.
Afin de s'entraîner à combattre les yômu qui la terrorise pour subvenir à ses besoins, elle décidera d'utiliser l'immortalité d'Akihito pour s'entraîner jour après jour.
C'est le début d'une longue aventure pour Akihito qui, rapidement lassé d'être le cobaye de Mirai, lui proposera de l'accompagner en mission afin de faire d'elle une Ikaishi confirmée.

Vous avez dit classique ?

Kyôkai no Kanata © Kyoto Animation Co., Ltd. 2013 Tous droits réservés.


Beyond the Boundary commence comme un shônen classique où Akihito et ses amis Ikaishi vont accompagner Mirai dans la chasse au youmu afin que celle-ci s'améliore.
Ce n'est pas tant les combats shônenesques que les relations entre les divers personnages qui seront développées ici. Ainsi, l'anime se découpera en mini-arcs de 2 ou 3 épisodes qui permettront de développer les protagonistes tour à tour.

L'univers et les personnages sont classiques mais intéressants à suivre et l'anime se regarde facilement, même si l'on peut déplorer 2-3 épisodes bouche-trou (mais au vu du cultissime épisode 6, on pardonne !).
Les divers mystères et cliffhangers réussissent à garder le spectateur en haleine jusqu'au grand final qui ne manque pas d'action et surtout d'émotion, l'anime ayant un parti pris assez romanesque et tragique.

Vous avez dit stéréotypés ?

Kyôkai no Kanata © Kyoto Animation Co., Ltd. 2013 Tous droits réservés.


Nous suivons quatre personnages principaux :

Akihito : Garçon à l'apparence désinvolte qui peut en réalité se révéler très sociable et énergique lorsqu'il le veut. Il n'aime pas trop se lier aux gens mais sera comme happé par Mirai dès leur première rencontre.
Un héros plutôt simple de manière générale mais qui se révèle plutôt sympa de par son côté franc et sa prise d'initiative.

Mirai : Jeune fille a l'air timide qui se révèle en fait assez têtue. Cependant sa maladresse lui joue souvent des tours.
J'avais peur d'une énième loli un peu cruche mais Mirai se démarque rapidement par sa force de caractère et son honnêteté. Ses minauderies en agaceront peut-être certains par moment mais rien de réellement dérangeant.

Mitsuki : Camarade de Akihito issue d'un clan aisé et renommé de Ikaishi. Elle est peu avenante et assez stricte mais également très intelligente et vive d'esprit.
Là aussi j'avais peur d'avoir la tsundere qui traite le héros comme un chien mais, bien que le rôle de Mitsuki se résume principalement à cela, elle reste malgré tout assez discrète et ne parle jamais pour ne rien dire, ce qui la rend moins énervante que les stéréotypes habituels.

Hiroomi : Petit-frère de Mitsuki avec un sister complex prononcé puisqu'il considère sa sœur comme l'unique personne digne d'intérêt en ce bas monde. C'est un garçon à l'apparence cool mais qui préfère évoluer en solitaire et est assez peu ouvert, bien qu'il prenne un malin plaisir à enquiquiner Akihito. Cependant on peut compter sur lui lorsque la situation l'exige puisqu'il est un des Ikaishi les plus doués de sa génération.
Assez marrant comme personnage, il fait un bon duo avec Akihito et pour une fois, son sister complex n'est pas trop lourd ou malaisant et fait plus rire qu'autre chose.

Des personnages secondaires tels les antagonistes viendront se greffer au quatuor au fil des épisodes. Chacun est unique en son genre et arrive à retenir l'attention d'une manière ou d'une autre.
Personnellement j'ai trouvé les personnages assez difficiles à cerner de manière générale mais ils sont tous bien développés au final.

Vous avez dit moe ?

Kyôkai no Kanata © Kyoto Animation Co., Ltd. 2013 Tous droits réservés.


Du côté technique, Beyond the Boundary marque déjà des points par son visuel puisqu'il est très bien animé et possède une très belle palette de couleur avec des beaux effets de luminosité. Le storyboard n'est pas en reste avec des scènes d'action rondement menée et une ambiance très bien gérée.

Au niveau des designs, on aime ou on n'aime pas, le tout faisant très moe et enfantin (c'est signé KADOWAKI Miku, la chara designeuse de K-ON ! notamment) ce qui tranche pas mal avec le ton de l'anime mais les ombres et la mise en scène permettent aux designs de ne pas faire tâche avec le reste. Quant aux chara designs, disons qu'il y a du bon et du moins bon, j'ai beaucoup aimé le design de Mirai pour ma part.

L'OST est vraiment sympa également, notamment les deux génériques qui sont très jolis, encore plus au niveau des images.
Concernant le seiyuu cast, c'est assez cool car pour une fois on n'a pas forcément des seiyuu ultra hypé qu'on retrouve partout. Cependant je dois dire que les voix choisies m'ont dérangée car je trouve que la plupart ne collent pas forcément aux personnages de manière générale, c'est dommage. En revanche rien à dire sur la qualité de l'interprétation.

Sinon, l'anime en lui-même arrive à mélanger habilement plusieurs genre comme le slice of life, l'humour, le drame ou encore le suspens. La narration peut sembler parfois un peu décousue à cause de ça mais rien qui ne vienne réellement gâcher la compréhension donc ça passe bien.

Vous avez dit mercantile ?

Gekijôban Kyôkai no Kanata : I'LL BE HERE © Kyoto Animation Co., Ltd. 2015 Tous droits réservés.

L'anime qui a rencontré un franc succès s'est également offert deux longs métrages en 2015 : Beyond the Boundary : I'LL BE HERE - Past Arc et Beyond the Boundary : I'LL BE HERE - Future Arc (ou Kako-hen et Mirai-hen en VO).
Ces deux films servent d'épilogue à la série animée mais ne sont malheureusement jamais sortis chez nous.

Le premier film sous-titré Kako-hen (Passé) est un récapitulatif de l'anime axé sur le point de vue de Mirai.
Le film en lui-même n'est pas désagréable à regarder mais certaines scènes ayant été coupées, il est parfois difficile de s'y retrouver sans avoir vu l'anime au préalable même si ça n'entache pas réellement la compréhension globale, c'est juste que tout va très vite ou semble parfois sortir de nul part. On remarque une amélioration graphique par rapport à l'anime qui était déjà d'excellente qualité, rendant le film vraiment beau à regarder. Cependant, on peut reprocher au synopsis d'être légèrement mensonger puisqu'il nous a vendu l'histoire du point de vue de Mirai alors qu'en réalité il n'y a quasiment aucune scène rajoutées ou modifiées par rapport à l'anime. Seul l'épilogue change en ajoutant un nouveau dialogue qui permet de servir de cliffhanger pour ouvrir le second film qui arrive ensuite.

Le second film sous-titré Mirai-hen (Futur) fait directement suite à l'anime et est donc totalement inédit. 
Quelques mois après la fin de l'anime/ du premier film, la relation entre Akihito et Mirai a bien changé et les deux ne s'adressent presque plus la parole. C'est alors que Mirai est victime d'un étrange yômu qui pourrait se révéler bien plus dangereux que prévu.
La première partie du film se focalise sur le quotidien de Mirai et Akihito qui n'ont presque plus de contact. Il n'y a pas énormément de scénario, simplement des scènes émouvantes qui nous montrent que la distance entre les deux est difficile à supporter et que personne ne semble avoir de solution pour y remédier, ce qui viendra énormément compliquer les choses lorsque le nouveau yômu prendra Mirai pour cible. La seconde partie se focalise donc sur la menace qui entoure Mirai et la manière dont ses amis vont tout faire pour tenter de la sauver malgré elle. Cette partie fait la part belle à l'action et à l'émotion et nous en apprend enfin un peu plus sur l'histoire de Mirai. De manière générale, le film est très cool à regarder, d'autant plus qu'il vient apporter un développement supplémentaire à l'intrigue de l'anime et que visuellement il se surpasse encore. Mais on peut quand même lui reprocher une première partie assez lente et une fin laissant encore certaines questions en suspend (mais c'est probablement voulu). Après, ça ne concerne que moi, mais je trouve également que la relation de Akihito et Mirai est devenue trop poussive. Dans l'anime on sentait qu'ils allaient bien ensemble mais il n'y a jamais vraiment eu de grosse allusion à eux en tant que couple alors qu'ici, tout le film repose sur ça. C'est compréhensible car on sait que leur relation a été pensé de cette manière depuis le début et les deux sont vraiment touchants ensemble mais on se demande pourquoi les scénaristes ont mis autant de temps à mettre cette partie-là en avant.

Les films Beyond the Boundary : I'LL BE HERE sont donc plus que de l'argent facile fait sur une licence qui marche bien. Le premier film, bien qu'un peu confus, permet aux néophytes de découvrir l'anime tandis que les fans peuvent retrouver leur œuvre favorite avec des graphismes réellement sublimés. Le second film quant à lui vient développer et conclure d'une très jolie manière les 12 premiers épisodes qui laissaient quelques intrigues ouvertes même si la fin laisse planer encore quelques mystères malgré tout.

Eh bien je vous dis...

<< C'est vexant.>>, la phrase fétiche de Mirai. [Kyôkai no Kanata © Kyoto Animation Co., Ltd. 2013 Tous droits réservés.]

Maintenant il est temps d'être honnête avec vous. 

Comme vous l'avez vu, je ne taris pas d'éloges concernant cet anime, rien de bien surprenant pour une œuvre qui avait autant hypé à sa sortie, la classant parmi les meilleurs animes de l'année.
Ce serait mentir que de dire que l'anime est mauvais, c'est pourquoi je ne l'ai pas précisé durant cette critique. Mais pour ma part, je n'ai au final pas tant accroché que ça... Ce serait difficile d'expliquer pourquoi car la véritable raison est que je crois que j'ai tout simplement passé l'âge. Ouais, les histoires de lycéens avec des supers pouvoirs au passé triste et au destin tragique, ça va bien quand t'as 15 ans quoi.
Je ne dis pas, l'anime est très bon dans son genre mais c'est un genre qui ne m'attire déjà plus depuis quelques années déjà puisque je trouve au mieux les animes de ce style "sympa" mais c'est tout, et c'est ce qu'il s'est passé avec Beyond the Boundary.

Donc j'en conviens, Beyond the Boundary est un excellent anime sur tous les plans qui ne manquera pas de faire passer un bon moment.
Simplement, même si il arrive à se démarquer des autres œuvres du genre, on se rend rapidement compte qu'il ne prend pas beaucoup de risque et est assez prévisible dans son ensemble, ce qui va probablement lasser les plus mordus d'animation japonaise qui commencent à en connaître toutes les ficelles.

Points Positifs Points Négatifs
 Se regarde bien  Pas cliché mais reste classique
 Moins cliché que ça n'en a l'air  Quelques épisodes bouche-trou
 Personnages bien développés  Un chara design moe en décalage avec l'histoire
 Réalisation superbe  

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article