Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Duotaku no Sora

Kuroko's Basket

Je suis une ombre. Mais l'ombre est plus dense près de la lumière et rend la lumière plus vive. Tu seras la lumière, je serai ton ombre. Et je ferai de toi le numéro 1.

Kuroko Tetsuya

Kuroko no Basuke 2 © Production I.G., Inc. 2013 Tous droits réservés.

Kuroko no Basuke 2 © Production I.G., Inc. 2013 Tous droits réservés.

Noms alternatifs :
Kuroko no Basuke/ Kuroko no Basket/ KuroBas/ KuroBasu/ Kuroko/ The Basket which Kuroko Plays.
Genres :
Comédie/ Drame/ Slice of Life/ Sport
Studio d'animation :

Production I.G
Date de diffusion : 

Printemps 2012 (saison 1)
Automne 2013 (saison 2)
Hiver 2015 (saison 3)

Épisodes :

3 saisons x 24 épisodes + 2 OAV + 5 SP [Terminé
Diffuseurs en France :
ADN/ J-One/ Netflix

Kagami Taiga revient des États-Unis pour intégrer son nouveau lycée au Japon. Passionné de basket et sûr de ses capacités, il s'inscrit au club du lycée qui vient de s'ouvrir. Là-bas il fera la rencontre d'un drôle de personnage : Kuroko Tetsuya, un jeune homme très effacé et totalement nul en basket. À sa grande surprise, il apprendra que celui-ci faisait partie de la Génération Miracle, l'équipe lycéenne de basket la plus forte jamais connue dans le pays.

Kuroko révélera alors son don caché à Kagami : il est le joueur fantôme, celui qui arrive à masquer sa présence pour faire des passes décisives dans l'ombre. Reconnaissant le talent inné de Kagami, il lui propose alors de devenir son partenaire officiel, sa lumière sur le terrain qui lui permettra enfin de battre les anciens membres de la Génération Miracle et faire de leur lycée le nouveau numéro 1 du Japon !

« Mon choix est fait ! »

Kuroko no Basuke © Production I.G., Inc. 2012-2015 Tous droits réservés.

Kuroko's Basket part donc sur une intrigue d'anime de sport assez classique si ce n'est qu'ici nous aurons donc non pas un mais deux héros complémentaires.

L'anime se déroulera de manière fort simple : l'équipe du lycée Seirin, nouvellement formée, comprend qu'elle a des chances d'aller loin dans l'Interhigh (le championnat national lycéen) grâce à son nouveau duo phare. On la suivra donc de match en match pour tenter d'atteindre la grande finale du championnat, le tout entre quelques matchs amicaux et autres séances d'entraînement.

La saison 1 servira à introduire les anciens membres de la Génération Miracle (Kiseki no Sedai) qui sont désormais tous dans des lycées différents. L'équipe de Seirin rencontrera chacun d'eux dans des matchs de l'Interhigh, lui permettant ainsi de se surpasser pour pouvoir les vaincre.
Les saisons 2 et 3 se concentreront sur un nouveau tournoi, la Winter Cup, où toutes les équipes du Japon vont se retrouver, permettant encore une fois à Seirin de se mesurer à la Génération Miracle (notamment les membres que l'on n'avait pas encore vu) mais aussi à d'autres puissants adversaires comme les Rois sans Couronnes (Mukan no Goshô), éternels numéros 2 avides de victoire.

Bien évidemment chaque personnage de Seirin et surtout de la Génération Miracle aura lui aussi droit à son développement et on les verra régler ça à coup de dribble et de junk, permettant dans le même temps à Kuroko de s'émanciper d'un passé qui pesait trop lourd pour lui, le tout en compagnie de Kagami qui lui servira d'intermédiaire pour réussir à réaliser son nouveau rêve.
Les matchs entêtants s'enchaînent donc tout au long de l'anime, le tout sans temps morts et nous permettant de voir des action de plus en plus sensationnelles et des personnages mûrir pour enfin retrouver le goût du jeu.

Ainsi, si le tout demeurera très linéaire et sans surprise, l'anime se révélera par l'intermédiaire de ses matchs à 200% et de ses personnages travaillés.

« Ton style de basket. »

Pour le coup les personnages seront d'ailleurs vraiment nombreux mais dans l'ensemble plutôt bien gérés :

Kuroko no Basuke © Production I.G., Inc. 2012-2015 Tous droits réservés.

Kuroko (équipe de Seirin) est un garçon gentil mais assez peu expressif et surtout tellement discret qu'il en devient invisible. Mais c'est ce qui deviendra sa force !
On s'attend d'abord au petit gars passif et tout chétif mais en fait ce n'est pas du tout le cas ! Kuroko est quelqu'un de vraiment déterminé et loin de se laisser marcher sur les pieds (sa franchise est d'ailleurs assez effrayante parfois). Un héros de shônen assez unique donc en plus d'avoir une histoire et une évolution qui le rendent terriblement attachant.

Kagami (équipe de Seirin) deviendra son nouveau grand ami. Ayant vécu au States plusieurs années, il dégage une assurance propre aux occidentaux et est particulièrement bon dans le street basket
Kagami est celui qui se rapproche le plus du héros de shônen type : tête brûlée qui fonce vers son rêve sans s'arrêter mais malgré tout un peu bêta sur les bords. Si son côté un peu m'as-tu vu peut agacer à première vue, il se révèlera relativement sensible et humain par la suite. Il sera totalement complémentaire avec Kuroko, offrant ainsi un excellent duo principal !

Kise (équipe de Kaijô) est le moins expérimenté de la Génération Miracle, mais il compense par sa vitesse d'apprentissage extrêmement rapide, et ce dans tous les domaines, ce qui l'a rendu assez imbus de lui-même, son faciès de top model n'arrangeant rien. Néanmoins il se révèle être quelqu'un de gentil et surtout très drôle, ainsi qu'un ami sur qui l'on peut compter !
Kise est donc l'archétype du pote sympa qui adore ses amis et le basket mais qui ne manquera cependant pas d'ardeur, prêt à tout pour surpasser ses anciens collègues. Un personnage super sympa !

Midorima (équipe de Shûtoku) est le plus sérieux de la Génération Miracle, voir même un peu trop. Excessivement studieux et terre à terre, sa vie serait réglée comme du papier à musique si il ne croyait pas autant à la bonne fortune et à son horoscope qu'il lit tous les matins.
Ha ha, sérieusement, ce mec est une blague vivante ! Bon au début on a juste envie de le claquer tellement il est hautain et coincé mais après on en redemande tellement on se marre trop chaque fois qu'il est là ! À la manière de Kuroko et Kagami, Midorima se révélera principalement via son duo avec son nouveau coéquipier Takao, les deux entretiennent une relation assez complexe mais très intéressante dans son évolution.

Aomine (équipe de Tôô) est un pur génie du basket avec une aisance déconcertante face à n'importe quel adversaire, faisant de lui l'Ace de la Génération Miracle. Mais c'est aussi ce qui causera sa perte, perdant petit à petit tout intérêt pour ses adversaires, le conduisant à devenir un joueur prenant les autres de haut et faisant tout pour sécher les entraînements pour aller flâner en solitaire.
Un personnage complexe et probablement un des mieux développés de toute la série. Il se présente comme le premier antagoniste principal et rival direct de Kagami mais c'est quelqu'un de sensé et réaliste qui a juste perdu sa fougue qu'il retrouvera peu à peu après son match contre Kagami et Kuroko.

Murasakibara (équipe de Yôsen) est un jeune garçon au flegme imperturbable et n'ayant que peu d'intérêt pour le basket à la base, mais ses prédispositions lui permettront au final d'intégrer relativement facilement la Génération Miracle. Aussi flemmard que gourmand, il prend cependant assez rapidement la mouche lorsqu'on l'attaque de front et peut donc se révéler redoutable lorsqu'il s'y met sérieusement.
Un personnage assez étrange il faut le dire... Personnellement j'ai trouvé son évolution manquée et ne suis pas parvenue à m'intéresser à lui, je le trouve plus énervant qu'autre chose avec tous ces caprices bien qu'il faille reconnaître qu'il soit assez original comme personnage.

Akashi (équipe de Rakuzan) est l'ancien capitaine de la Génération Miracle. Jeune homme calme et stratégique qui ne connaît l'échec dans aucun domaine, il a un don naturel pour le leadership. Cependant son obsession pour la victoire finira par le détruire lui et son entourage.
Difficile d'avoir un avis fixe sur Akashi (ceux qui ont vu l'œuvre comprendront). Si sa personnalité est tirée d'un archétype d'antagoniste assez cliché, il ne se révèle pas moins intéressant en tant que personnage et adversaire. Disons qu'il en impose bien !

Kuroko no Basuke © Production I.G., Inc. 2012-2015 Tous droits réservés.

À tout cela s'ajoute énormément de personnages secondaires (les coéquipiers et les managers notamment) comme les membres de l'équipe de Seirin qui se révèlent assez attachants bien que certains demeureront bieeeen plus développés que d'autres malheureusement... De plus, on peut apprécier le fait que bien que les personnages aient l'air assez cliché en apparence, ils sauront finalement nous étonner pour la majorité.
Le principe de donner une certaine "image" à chaque équipe est tout aussi cliché mais sympa également : Seirin est l'équipe soudée et remplie de rêves, Kaijô est l'équipe marrante et passionnée, Shûtoku est l'équipe méthodique et imposante, Tôô est l'équipe agressive et de haut niveau, Yôsen est l'équipe d'outsiders et Rakuzan est l'équipe individualiste mais surpuissante. Ainsi on choisira rapidement notre camp et il est assez sympa de voir que l'auteur a cherché à développer au mieux tous ces personnages qui restent facilement reconnaissables dans l'ensemble, La Génération Miracle en tête !

« C'est mieux si je ne peux pas gagner. »

 Il y a pas mal de choses à dire concernant le travail fait sur l'anime !

Kuroko no Basuke 2 © Production I.G., Inc. 2013/ mimi Mindy 2021 Tous droits réservés.

Déjà, on peut dire que Kuroko's Basket a bénéficié d'une très belle réalisation pour un simple anime de sport. Les designs sont améliorés par rapport à ceux du manga qui sont assez rebutant dans les premiers tomes, ici on a un trait plus rond et peut-être plus classique mais néanmoins plus agréable, trait qui s'affinera d'ailleurs au fil des saisons. De même les couleurs assez neutres nous ont évité les cheveux rose ou vert trop criards.
L'OST est de qualité, tout en finesse sous ses airs assez bourrin, et les Openings et Endings interprétés principalement par les deux groupes de J-rock phares GRANRODEO et OLDCODEX sont aux petits oignons.
Il n'y a clairement rien à redire sur l'animation qui s'améliore de manière exponentielle entre chaque saison, les matchs et les actions sont d'une intensité rare.


Le plus gros problème reviendra finalement au rythme global de l'anime, assez décousu d'un arc à un autre.

En effet si la saison 1 avance relativement bien, ça commence à fluctuer selon les matchs à partir de la saison 2 où certains vont commencer à trop traîner en longueur ou à partir dans la surenchère de flashback pas forcément toujours utiles. La saison 3 redressera un peu le tir mais fera néanmoins des choix douteux en terme d'adaptation, je pense notamment à l'arc Teikô qui perdra beaucoup en essence et en message avec le passage du manga à l'anime qui est assez rushé et bien moins sombre, un véritable manqué quand on sait qu'il s'agira du noyau central qui régira l'histoire que cherche à transmettre Kuroko's Basket.
En effet, si dans l'œuvre on retrouve les thématiques classiques des animes de sport (à savoir la poursuite d'un rêve commun, le dépassement de soi, l'amour du sport, etc.), Kuroko's Basket viendra y ajouter sa touche en s'attaquant à celle du revers de la médaille. Le but de Kuroko en soit n'est en aucun cas de devenir numéro 1 du Japon, mais au contraire de faire comprendre à ses anciens coéquipiers que c'est le sport qui importe et non le résultat. Et il est le plus à même de le faire, lui qui n'a aucun talent en basket mais est le plus passionné d'entre tous, Kuroko aimerait ainsi faire ressentir à nouveau la même chose aux membres de la Génération Miracle qui ont fini par ne plus faire confiance qu'à eux-mêmes et à leur propre performance. Ainsi, Kuroko's Basket nous montre également les effets néfastes de la compétition ou tout simplement d'un don qui nous dépasse jusqu'à nous emprisonner. Un parti pris intéressant et étrangement sombre dans un genre qui a tendance à prôner les entraînements acharnés ou les rêves de champion irréalisables.

Kuroko no Basuke 2 © Production I.G., Inc. 2013/ mimi Mindy 2021 Tous droits réservés.

Mais malgré ce rythme assez aléatoire au fil des saisons, l'anime n'en reste pas moins toujours prenant, on alterne très aisément entre des scènes d'action et de vie quotidienne (très agréables par ailleurs), le tout n'étant d'ailleurs pas avare en humour. De même, les explications techniques durant les matchs restent toujours compréhensibles et n'assomment pas. On pourra reprocher aux techniques des personnages de devenir de plus en plus inconcevables au fil des saisons mais c'est bien souvent l'apanage des animes de sports, en ce sens Kuroko's Basket a tout de même su s'arrêter avant que ça ne lui porte trop préjudice on va dire. Dans les bons points, on pourra également citer les seiyuu de l'anime qui, si ils n'étaient encore pas forcément très connus à l'époque, font désormais parti des incontournables de nos jours, montrant que le staff ne les avais pas choisi au hasard eux non plus. On peut parler rapidement de la VF offerte par Kazé également, pas incroyable mais pas horrible non plus, un petit ajout sympathique pour pouvoir faire découvrir l'œuvre au grand public.

« La volonté d'être une ombre. »

Kuroko no Basuke 3 © Production I.G., Inc. 2015/ mimi Mindy 2021 Tous droits réservés.

Kuroko's Basket fait partie de ces œuvres qui ont réussi à relancer la mode des mangas de sport. Bénéficiant d'une base assez classique mais pas trop non plus pour parvenir à réactualiser le genre sans trop dérouter, elle aura droit à une adaptation animée qui viendra parfois sublimer l'œuvre originale tant et si bien que l'anime s'est hissé parmi les gros succès de ces dernières années et c'est clairement mérité !

Kuroko's Basket est un anime qui aura su user des ficelles shônen pour n'en tirer que du bon, le tout en utilisant les meilleurs moyens techniques pour nous offrir des matchs d'une intensité sans égale, accompagnés de personnages haut en couleur (c'est le cas de le dire avec le nom des personnages qui sont tous affiliés à leur couleur) tous aussi bien développés qu'attachants.

Peut-être pas l'anime de sport le plus réaliste (Slam Dunk était déjà là pour ça, et Kuroko's Basket l'avait bien compris, il n'a donc jamais cherché à s'en rapprocher), mais probablement un de ceux qui a le mieux compris ce qu'est l'esprit du sport, représenté par le personnage désormais incontournable qu'est Kuroko !

Points Positifs Points Négatifs
 Des matchs hyper énergiques  Des techniques qui deviennent un peu trop invraisemblables sur la fin
 Une réalisation soignée pour un anime sportif  Un rythme de plus en plus aléatoire au fil des saisons
 Des personnages mémorables et tous bien développés  Certains membres de l'équipe de Seirin qui ne le seront pas du tout

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article